L'ORGUE DE LA TONHALLE DE ZURICH




L'orgue de la Tonhalle de Zürich (Suisse) a été achevé en 1988 sur des plans de Jean Guillou. Il comprend 4 claviers de 61 notes et un pédalier de 32 notes. Il a été construit par la maison Kleuker et harmonisé par Steinmeyer. C'est le plus grand instrument entièrement conçu par Jean Guillou. 
A l'instar de St Eustache, l'orgue de Zurich présente de nombreuses particularités esthétiques et techniques.

Une mention indispensable doit être ici accordée au Dr Gerber, industriel suisse et mécène ayant largement financé la construction de cet orgue ainsi qu'à la création des Meisterkürsus de Zurich auxquels Jean Guillou apporta son concours durant plus de trente ans.

Cet instrument d'exception est donc entièrement neuf, ainsi que son magnifique buffet néo-viennois, avec dorures et putti, buffet construit pour rendre à l'orchestre une grande part de la tribune que l'orgue précédent occupait largement.

Il offre deux consoles, l'une fixe, en fenêtre dans le soubassement qui est à traction mécanique, l'autre mobile, se place à volonté sur l'estrade de l'orchestre et permet toutes les possibilités, dont celle d'enregistrer puis de restituer le jeu de l'organiste, pouvant ainsi jouer "seul" à 4 mains, comme à St Eustache. A noter que le jeu à deux consoles y est plus aisé qu’à Paris, les deux consoles pouvant fonctionner totalement indépendamment l’une de l’autre.

Chaque clavier est un grand orgue complet, comprenant un ensemble de flûtes, de principaux, de mutations, de mixtures, d'anches de détail et de trompettes. Il suffit de regarder sa composition pour comprendre ce qu'il doit aux instruments construits antérieurement (Besnardière, et surtout Bruxelles).

Le Positif est le clavier le plus baroque et classique de l'instrument : outre les deux ensemble 8,4,2, totalement différents, il offre les mutations classiques du Sesquialtera et du Larigot, auxquelles se joignent les rangs aigus d'une Cymbale de trois rangs composée selon un principe nouveau : les reprises se font "à l'envers" dans la partie grave du clavier, pour devenir "normales" dans le médium : la voie grave ne superpose ainsi pas le soprano dans une polyphonie, contrairement à une mixture classique. Il présente aussi deux anches douces, Ranquette de 16', d'esprit hollandais, un cromorne typiquement baroque français et une trompette très allemande.
Le Grand-Orgue est basé sur la double Montre, 16' et 8' de la façade de l'orgue. Deux somptueuses flûtes de 8'et 4', cette dernière construite à double bouche, forment avec le très percutant Cornet II-V rangs un ensemble flûté unique. Une grosse Mixture de IV rangs donne les harmoniques graves (32') aux claviers manuels. Le reste est plus classique, Plein Jeu, Batterie d'Anches 16, 8, 4 d'esprit français classique.
Le Récit expressif est très proche des grand récits symhoniques de Cavaillé-Coll, avec des anches nombreuses et puissantes ou, comme le Hautbois, très sobres. Une quinte 2 2/3 est un superbe jeu d'accompagnement, mélangée avec les fonds doux. A noter la présence d'un principal en bois, très velouté, mais de puissance modérée. Le Cornet V rangs, classique dans l'orgue français commence au Fa2. La boîte expressive a été reconstruite par Van den Heuvel sur le modèle de St Eustache, les jalousies s'imbriquant les unes dans les autres. On peut maintenant accompagner une Flûte avec le Tutti du Récit, ce qui était impossible avant.
Le Grand-Choeur est le véritable clavier "nouveau" de l'instrument. Outre un grand plein-jeu basé sur le Violoncelle 16, le Diapason 8', véritable deuxième montre et éclarci par une Rauschpfeife de V rangs (en 16’), il offre cette mixture impaire très particulière qu'est l'Aliquot III rangs (5 1/3, 4 4/7, 3 5/9). Il présente surtout cet ensemble de Flûtes harmoniques (8, 4, 2 2/3, 2, 1 3/5, 1) déjà présent à Bruxelles et reproduit à Paris. Les trois jeux d'anches sont tous en chamade. Ainsi composé, ce clavier est à la fois une Bombarde et un Solo. Une mention personnelle particulière pour le Hautbois en Chamade, jeu récurrent chez Jean Guillou qui a trouvé ici son équilibre et sa raison d'être par sa perfection encore inégalée ailleurs.
La Pédale, pour faire simple, présente tout ce qui existe dans la facture d'orgue, tant dans l'ensemble des fonds, tous différents, que pour les anches. Par l'ensemble flûté 32, 16, 8, 4, 2, des mutations et une mixture, ce clavier offre la tessiture la plus large utilisable. La présence aux côtés des anches puissantes 32, 16, 8, 4, du Fagott 16', magnifique Clarinette, est très efficace pour la base du Plenum.

Cet orgue est un idéal complet de tout ce dont l'organiste moderne peut avoir besoin, à la fois pour interpréter la littérature existante et offre toutes les possibilités sonores dont le compositeur peut avoir besoin pour composer en cette fin de XXème siècle. Contrairement à toutes les idées reçus, c'est un très bel orgue "à tout bien jouer", ce qui, comme nous le savons, n'est possible que si l'on s'affranchit de tous les dogmes qui régissent la facture contemporaine.

L'orgue de Zürich peut être écouté sur de nombreux disques. Par exemple ceux de Jean Guillou : Bach (volumes 2 à 5 de l'intégrale inachevée), Petrouchka, Moussorgski, L'Art de l'improvisation, Improvisations pour Noël (Disques Dorian) ou sur trois volumes exceptionnels, enregistrés par deux de ses anciens élèves : Jean-Philippe Hodant qui y a enregistré (Studio 3D) des transcriptions de Prokofiev : Visions fugitives et la suite de Roméo et Juliette, et de Déodat de Séverac : Cerdaña, et Livia Mazzanti qui y joue (B.M.G.) des transcriptions personnelles de pièces pour piano de Nino Rota, travaux salués par la critique.

Composition du Grand Orgue de la Tonhälle de ZURICH (Suisse)

POSITIV I 

Pommer 16  
Principal 8  
Rohrflöte 8  
Spitzoktave 4  
Koppelflöte 4  
Sesquialtera II  
Superoctave 2  
Blockflöte 2  
Larigot 1 1/3  
Cymbale III  
Ranquette 16  
Trompette 8  
Cromorne 8 

Acc : +III-I, + IV-I 
Tremolo ajustable

HAUPTWERK II 

Montre 16  
Montre 8  
Flûte Majeure 8  
Octava 4  
Doppelflöte 4  
Grosse Tierce 3 1/5  
Grand Cornet II-V  
Doublette 2  
Grosse Mixture IV rgs  
Plein Jeu 8' rgs  
Bombarde 16  
Trompette 8  
Clairon 4

Acc : +I-II 16'et 8' +III-II 16' et 8' 
+IV en 8'

Tremolo ajustable

RECIT EXPRESSIF III 

Holzprincipal 8  
Cor de Nuit 8  
Gambe 8  
Voix Céleste 8  
Flûte Harmonique 8  
Flûte octaviante 4  
Nasard 2 2/3  
Cornet (Fa2) V  
Plein Jeu harmonique III-VII rgs  
Bombarde 16  
Trompette 8  
Voix Humaine 8  
Basson Hautbois 8  
Clairon 4 

Acc : +IV-III

Tremolo ajustable

GRAND CHOEUR IV 

Violoncelle 16  
Diapason 8  
Flûte Harmonique 8  
Flûte octaviante 4  
Nasard harmonique 2 2/3  
Octavin 2  
Tierce harmonique 1 3/5  
Piccolo harmonique 1  
Rauschpfeife V  
Aliquot III  
Bombarde-chamade 16  
Trompette-chamade 8  
Hautbois chamade 8 

Tremolo ajustable

PEDALE 

Principal-Flûte 32  
Principal 16  
Flûte 16  
Soubasse 16  
Grosse Quinte 10 2/3  
Flûte 8  
Théorbe III  
Flûte 4  
Nachtorn 2  
Rauschpfeife IV  
Contrebasson 32  
Bombarde 16  
Fagott 16  
Trompette 8  
Clairon 4

Tirasses : I-P II-P III-P IV-P

 

 

Quelques photos du GO de la Tönhalle :

La photo officielle de 1988 avec Jean Guillou

image001 

L'Orchestre de Zurich devant l'Orgue (la console est à gauche)

image003

 

2 photos personnelles (août 2003) :

La magnifique console dessinée, au cm près par Jean Guillou, avec les claviers aux dimensions piano à queue, enfin...

image005

Ce que voit (et entend) l'organiste depuis la console, quand on joue...on ne peut pas faire mieux...

image007

 

Le site officiel de l’orgue

 

Retour au sommaire